Séance virtuelle n° 6 du 02/02/12

Déroulé intégral de la séance du 02/02/12


[02/02/12 21:03:47] Olivier Bleys: Bonsoir
[02/02/12 21:03:53] atelier_Slakh: Bonsoir
[02/02/12 21:04:02] atelier_Karoliina Vesa: Bonsoir
[02/02/12 21:05:26] Olivier Bleys: L'hiver s'installe à Bordeaux, un hiver rigoureux dont ces latitudes atlantiques sont peu familières. Cela incite à une certaine réclusion, feu de bois, lectures… Bon temps pour les écrivains ! Et, peut-être, à la contemplation de la nature dont les impressions peuvent être rendues sous une forme d'inspiration japonaise que vous connaissez bien, le HAÏKU.
[02/02/12 21:05:58] Olivier Bleys: Vous le savez, le haïku est un genre très codifié dans son pays natal.
[02/02/12 21:08:00] Olivier Bleys: Sa brièveté fait partie des contraintes imposées. Il en existe d'autres : un thème lié à la nature, exprimant la fragilité, la vulnérabilité des êtres, l'évanescence des choses. C'est une sorte de " vanité " littéraire orientale, mais point toujours sombre.
[02/02/12 21:08:26] Olivier Bleys: Je vous invite, ce soir, à composer quelques haïkus ; - )
[02/02/12 21:09:47] Olivier Bleys: Les haïkus se prêtent bien au support électronique. Ils sont courts, donc épousent sans difficulté le format d'écran des smarphones et la cadence de lecture rapide de nos contemporains technophiles.
[02/02/12 21:10:42] Olivier Bleys: Cependant, il me semble inutile de chercher à dupliquer les haïkus traditionnels. Notre langue n'est pas structurée comme le japonais, nos sensibilités diffèrent… Pas besoin d'élaborer un mauvais pastiche.
[02/02/12 21:11:11] Olivier Bleys: Nous pouvons appeler haïkus (ou e-haïkus) des textes conçus selon les modalités suivantes :
[02/02/12 21:11:47] Olivier Bleys: > trois vers, d'un nombre de pieds indifférent mais faible (si possible cinq ou sept)
[02/02/12 21:12:09] Olivier Bleys: > une écriture sensible, portée aux détails, d'une extrême concision
[02/02/12 21:12:42] Olivier Bleys: > une inspiration libre. Toutefois, je vous suggère celle-ci : la solitude studieuse de l'étudiant(e), par un soir d'hiver rigoureux
[02/02/12 21:12:54] Olivier Bleys: Qui veut se lancer ?
[02/02/12 21:15:18] atelier_Jim Charron: bonsoir à tous
[02/02/12 21:15:21] Olivier Bleys: Bonsoir Jim
[02/02/12 21:15:37] Olivier Bleys: Tu peux jeter un œil au texte de présentation de l'atelier, ci-dessus !
[02/02/12 21:16:40] Olivier Bleys: Je commence avec ces quelques lignes, improvisées ici :
[02/02/12 21:16:53] Olivier Bleys: Au coin de la fenêtre
[02/02/12 21:17:02] Olivier Bleys: L'étoile de givre taille
[02/02/12 21:17:18] Olivier Bleys: Un angle à mon regret
[02/02/12 21:17:35] Olivier Bleys: Premier e-haïku de la soirée !
[02/02/12 21:17:45] Olivier Bleys: D'autres amateurs ?
[02/02/12 21:19:53] Olivier Bleys: Etes-vous lecteur / lectrice de poésie ? Et, spécifiquement, de haïkus ?
[02/02/12 21:20:36] atelier_Jim Charron:Meurtris de froid
Mes pensées s'exilent
Vers d'autres contrées
[02/02/12 21:21:23] atelier_Jim Charron: j'aime beaucoup la poésie mais j'avoue ne pas avoir souvent lu de haïkus
[02/02/12 21:21:33] Olivier Bleys: Est-ce délibéré que " meurtris " soit orthographié sans " e " ? Si ce sont les pensées qui sont meurtries, il en faudrait un. Mais ce peut être aussi un effet !
[02/02/12 21:21:39] atelier_Karoliina Vesa: C'est la même chose pour moi
[02/02/12 21:22:01] Olivier Bleys: Moi, non plus, je n'en avais jamais lu, jusque très récemment. C'est une amie qui m'a fait découvrir.
[02/02/12 21:22:21] Olivier Bleys: J'avoue qu'en lire plusieurs, à la suite, peut être un peu fastidieux. Et même contre-productif.
[02/02/12 21:22:31] atelier_Jim Charron: Pour "meutris" je pensais à moi et non aux pensées même si cela aurait été mieux
[02/02/12 21:22:46] atelier_Slakh: J'avais lu il y a quelques années un numéro spécial d'une revue consacrée aux haïkus
[02/02/12 21:24:04] Olivier Bleys: @Jim : alors, c'est peut-être " meurtri " sans " s " ! En tout cas, j'aime le contraste entre le premier vers, plutôt statique, introverti, centripète, et les suivants qui marquent au contraire un essor, une envolée, même si les trois sont porteurs d'une souffrance et font entendre le même gémissement.
[02/02/12 21:24:53] Olivier Bleys: @Slakh : qu'as-tu retenu de ce numéro ? Je suppose qu'il contenait des exemples. T'en rappelles-tu certains ?
[02/02/12 21:26:13] atelier_Slakh: J'ai retenu la rigidité du haïku dans le rythme des syllabes (5/7/5) ; c'était surtout pour expliquer l'histoire du haïku. Je ne me souviens plus d'exemple, par contre.
[02/02/12 21:26:34] Olivier Bleys: Autre e-haïku improvisé :
[02/02/12 21:26:42] Olivier Bleys: Au pli de la pendule
[02/02/12 21:26:47] Olivier Bleys: Les aiguilles froides
[02/02/12 21:26:52] Olivier Bleys: Entaillent la peau.
[02/02/12 21:27:01] Olivier Bleys: … réflexion sur les rigueurs de l'âge !
[02/02/12 21:27:48] Olivier Bleys: Je ne sais pas si cette cadence de 5 / 7 / 5 a vraiment du sens. Si c'est une convention orientale importée, ça n'est pas très utile.
[02/02/12 21:28:10] Olivier Bleys: Nous pourrions essayer d'autres formules, par exemple de resserrer le nombre de pieds, de vers en vers.
[02/02/12 21:28:22] Olivier Bleys: L'effet pourrait être intéressant.
[02/02/12 21:29:24] atelier_Jim Charron: là?
[02/02/12 21:29:34] atelier_Jim Charron: désolé
[02/02/12 21:29:41] atelier_Jim Charron: mauvaise manipulation
[02/02/12 21:31:15] Olivier Bleys: Exemple avec vers décroissants :
[02/02/12 21:31:18] Olivier Bleys: A la pointe des tiges (7)
[02/02/12 21:31:27] Olivier Bleys: La rosée bleue (4)
[02/02/12 21:31:42] Olivier Bleys: pleut (1)
[02/02/12 21:32:23] Olivier Bleys: @Jim : je ne comprends pas ton dernier message. Tu as posté un texte qui ne s'est pas affiché ?
[02/02/12 21:33:29] atelier_Jim Charron: je tentais, oui, mais je l'ai marqué ailleurs
[02/02/12 21:33:46] atelier_Jim Charron: Perdu dans la tempête
L'envol d'un flocon
unique
[02/02/12 21:33:54] Olivier Bleys: Intéressant !
[02/02/12 21:34:32] Olivier Bleys: " unique " a vraiment une présence, et son isolement au bout du poème lui donne beaucoup d'élan et de clarté.
[02/02/12 21:34:47] Olivier Bleys: … mais peut-être le mot est-il un peu technique.
[02/02/12 21:35:17] Olivier Bleys: " unique ", à mon oreille du moins, possède une terminaison dure, minérale
[02/02/12 21:35:39] Olivier Bleys: Ne pourrais-tu trouver un synonyme aussi expressif, mais plus fluide ?
[02/02/12 21:35:58] Olivier Bleys: Notre fidèle dico des synonymes est là pour t'aider :
[02/02/12 21:35:59] Olivier Bleys: http://www.crisco.unicaen.fr/cgi-bin/cherches.cgi
[02/02/12 21:36:09] atelier_Jim Charron: merci;)
[02/02/12 21:36:52] Olivier Bleys: Parmi les synonymes que j'ai trouvés, " inouï " par exemple, serait surprenant et assez intéressant.
[02/02/12 21:36:59] Olivier Bleys: Perdu dans la tempête
L'envol d'un flocon
[02/02/12 21:37:02] Olivier Bleys: Inouï
[02/02/12 21:37:20] Olivier Bleys: ou " parfait ", " idéal "
[02/02/12 21:37:21] atelier_Jim Charron: Inouï marque un vrai décalage je trouve, c'est intéressant
[02/02/12 21:38:05] atelier_Jim Charron: et "parfait" a quelque chose de poétique
[02/02/12 21:38:09] Olivier Bleys: oui, et dans le mot " inouï " même, dans sa sonorité, il y a quelque chose de touffu, de hérissé, de velu, qui m'évoque le flocon.
[02/02/12 21:38:37] Olivier Bleys: Et, en même temps, un scintillement, lié sans doute à la symétrie du " i ", en début et en fin de mot.
[02/02/12 21:38:43] Olivier Bleys: Une vraie trouvaille, me semble-t-il.
[02/02/12 21:39:10] Olivier Bleys: Comme le miroitement d'un flocon de neige dans une vive clarté…
[02/02/12 21:40:01] atelier_Jim Charron: oui, cela marche vraiment bien je trouve
[02/02/12 21:40:23] Olivier Bleys: Je mettrai en ligne un petit florilège de ces haïkus, pour que les autres puissent en profiter.
[02/02/12 21:40:32] Olivier Bleys: Essayons autre chose ?
[02/02/12 21:41:08] atelier_Jim Charron: oui
[02/02/12 21:41:46] atelier_Slakh: Dans la chaleur de l'étui
Repose le violon
Sommeil d'hiver
[02/02/12 21:41:48] atelier_Slakh: (J'essaie)
[02/02/12 21:43:07] Olivier Bleys: @Slakh : tu fais bien d'essayer ! Belle inspiration, je trouve. C'est une bonne idée d'ouvrir l'étui avant de décrire l'instrument à l'intérieur. " La chaleur " renvoie à " repose ", pour décrire ce qui est presque un lit.
[02/02/12 21:43:26] atelier_Jim Charron: j'aime beaucoup
[02/02/12 21:44:10] Olivier Bleys: @Slakh : d'où, cependant, une petite confusion possible ? Car un étui (ma femme est violoniste), malgré le rembourrage intérieur, c'est assez rigide, c'est une empreinte tapissée.
[02/02/12 21:44:32] Olivier Bleys: Je me demande si nous pourrions remplacer " chaleur " par un autre mot.
[02/02/12 21:44:54] Olivier Bleys: Beaucoup de candidats :
[02/02/12 21:44:56] Olivier Bleys: http://www.crisco.unicaen.fr/cgi-bin/trouvebis2?requete=chaleur&refer=&proc=2144_3685
[02/02/12 21:46:12] atelier_Slakh: Je réfléchis…
[02/02/12 21:47:49] atelier_Slakh: J'avais pensé à un mot qui évoquait l'idée de foyer, de maison (home)
[02/02/12 21:50:17] Olivier Bleys: … tu veux dire, pour remplacer " chaleur " ?
[02/02/12 21:50:31] atelier_Slakh: C'est en pensant à ça que j'avais choisi "chaleur"
[02/02/12 21:53:14] Olivier Bleys: Oui, bien sûr, ça fonctionne, mais ne crois-tu pas que ça fait partie des mots qui viennent les premiers à l'esprit, et qu'on pourrait aller plus loin, en cherchant d'autres effets ? Le problème, c'est qu'à travers nos lectures, mais aussi la télévision et tous les canaux médiatiques, nous avons acquis des tournures, des expressions toutes faites qui désormais s'imposent à nous : " la chaleur d'un foyer ", " un cœur solitaire ", " etc. La poésie permet précisément de troubler, délibérément, ce langage acquis. Cela fait partie de ses enjeux les plus nobles.
[02/02/12 21:53:47] Olivier Bleys: Bon… on ne risque rien à essayer ! Testons d'autres mots, juste pour voir.
[02/02/12 21:54:06] atelier_Jim Charron: cocon?
[02/02/12 21:54:12] atelier_Slakh: ah oui !
[02/02/12 21:54:28] atelier_Slakh: ou Enfermé dans l'étui,

[02/02/12 21:54:28] Olivier Bleys: Pourquoi pas ?
[02/02/12 21:54:38] Olivier Bleys: Dans le cocon de l'étui
Repose le violon
Sommeil d'hiver
[02/02/12 21:54:42] Olivier Bleys: Il y a un effet de rime
[02/02/12 21:54:53] Olivier Bleys: Ou simplement :
[02/02/12 21:55:07] Olivier Bleys: Dans la tiédeur de l'étui
Je berce le violon
Sommeil d'hiver
[02/02/12 21:55:49] Olivier Bleys: … juste pour tenter de faire ressortir ce que le poème a de doux, d'enveloppant, de maternel
[02/02/12 21:56:01] Olivier Bleys: On cherche une autre base ? Un autre e-haïku ?
[02/02/12 21:56:52] atelier_Slakh: j'aime bien l'effet de tiédeur, emrci
[02/02/12 21:56:53] atelier_Slakh: merci*
[02/02/12 21:57:59] Olivier Bleys: tiédeur, c'est plus doux et un peu moins usité que chaleur. Et puis, il y a un petit effet d'allitération entre Tiédeur et éTui
[02/02/12 21:58:44] atelier_Slakh: oui, ça s'entend, c'est plus joli
[02/02/12 21:59:30] atelier_Slakh: Jim, tu as des idées ?
[02/02/12 22:00:33] atelier_Jim Charron: pour ton haïkus, il me semble que tièdeur est un choix judicieux, il met bien en valeur, l'image de départ que tu as voulu décrire
[02/02/12 22:03:32] atelier_Jim Charron: Dictature du silence
Le vent qui hurle
Rebelle
[02/02/12 22:04:56] Olivier Bleys: Il y a quelque chose de très âpre, de dur et de violent dans ce poème. Cela tient aussi, me semble-t-il, aux sonorités tranchantes, heurtantes.
[02/02/12 22:05:29] Olivier Bleys: Mais auprès des deux premiers vers, qui sont à l'unisson de ce sentiment, le troisième me semble un peu… comment dire… abstrait.
[02/02/12 22:05:42] Olivier Bleys: C'est une impression personnelle.
[02/02/12 22:06:14] Olivier Bleys: Je crois qu'en général, le mot " rebelle " ne me parle pas trop !
[02/02/12 22:07:04] Olivier Bleys: C'est curieux comme, en changeant seulement un mot ou deux, comme on appuierait sur telle ou telle branche d'un mobile de Calder, on change l'équilibre entier de la construction !
[02/02/12 22:07:12] Olivier Bleys: Par exemple :
[02/02/12 22:07:17] Olivier Bleys: Âpreté du silence
[02/02/12 22:07:22] Olivier Bleys: Le vent qui hurle
[02/02/12 22:07:23] Olivier Bleys: Bestial
[02/02/12 22:07:28] atelier_Karoliina Vesa: Et hop, je me lance aussi (mon 1er haïku depuis très longtemps!)
[02/02/12 22:07:36] Olivier Bleys: On t'écoute, K !
[02/02/12 22:07:44] atelier_Karoliina Vesa: Bouquins ancrés
Alignés
Chuchotent
[02/02/12 22:08:40] Olivier Bleys: Pas mal. Le cerveau hésite à se figurer des livres ou des bateaux à l'ancre, dans un port brumeux ! Qu'est-ce qui t'a inspiré le choix de ce mot, " ancré " ? quelle image voulais-tu rendre ?
[02/02/12 22:09:37] Olivier Bleys: @Jim : en me relisant, je trouve qu' " âpreté du silence " manque son objectif. Il faut garder " dictature ", mais travailler, je crois, sur le dernier mot / vers.
[02/02/12 22:09:47] Olivier Bleys: Dictature du silence
[02/02/12 22:09:48] Olivier Bleys: Le vent qui hurle
[02/02/12 22:09:51] Olivier Bleys: A la nuit
[02/02/12 22:10:42] Olivier Bleys: [ question technique : comment faites-vous pour revenir à la ligne sans sauter une ligne ? Y a-t-il une manipulation à faire ? Je n'y parviens pas. ]
[02/02/12 22:11:27] atelier_Slakh: (shift + entrée)
[02/02/12 22:12:21] Olivier Bleys: Merci pour le tuyau !
[02/02/12 22:12:45] atelier_Jim Charron: @ Olivier: pour le dernier vers: " a la nuit" me convient vraiment, cela me fait penser à un échos. Mais alors "dictature" me semble inapproprié
[02/02/12 22:12:51] atelier_Karoliina Vesa: C'était pour donner l'image que les livres sont immobiles mais pas de leur propre volonté - au sens figuré, pour faire partie de la vie des gens et avoir effet, les gens doivent les saisir, les livres ne peuvent pas "prendre le premier pas". Une image un peu déterministe, aussi
[02/02/12 22:14:53] Olivier Bleys: @Jim : ou même " à la lune ", ce qui introduirait une confusion entre le vent et le loup.
Meute des silences
Le vent qui hurle
A la lune
[02/02/12 22:16:14] Olivier Bleys: @Karoliina : je comprends. Tu avais d'autres choix pour exprimer la même idée.

Bouquins aux arrêts     [ terme de discipline militaire, un genre de punition infligée à un soldat qui a fauté ]
Alignés
Ils murmurent
[02/02/12 22:16:59] atelier_Jim Charron: "Meute des silences
Le vent qui hurle
A la lune"
[02/02/12 22:17:05] atelier_Jim Charron: j'approuve totalement
[02/02/12 22:17:12] Olivier Bleys: @Jim : cool !
[02/02/12 22:17:14] atelier_Karoliina Vesa: Le terme des arrêts me paraît très juste (et un nouveau mot dans mon vocabulaire du francais, c'est toujours un joie!)
[02/02/12 22:17:55] Olivier Bleys: Extrait du dictionnaire, concernant les arrêts :
[02/02/12 22:17:57] Olivier Bleys: sanction disciplinaire infligée à un officier ou un sous-officier. | Mettre qqn aux arrêts. | Être aux arrêts. | Garder les arrêts. | Rompre les arrêts. | Lever les arrêts.
[02/02/12 22:18:24] Olivier Bleys: Les trois dernières expressions sont peu communes, mais les deux premières, oui.
[02/02/12 22:18:49] atelier_Karoliina Vesa: Ah je vois, merci!
[02/02/12 22:19:17] Olivier Bleys: Je m'aperçois que jouer sur deux registres (par exemple, dans le poème de Jim, le vent / les loups) confère une certaine richesse au poème.
[02/02/12 22:19:29] Olivier Bleys: Le sens se nourrit de l'ambiguïté
[02/02/12 22:19:53] Olivier Bleys: Idem : les livres, les soldats dans le poème de Karoliina
[02/02/12 22:21:58] Olivier Bleys: Un petit dernier pour la route ?
[02/02/12 22:22:04] Olivier Bleys: Qui a encore l'inspiration ?
[02/02/12 22:22:26] Olivier Bleys: Sur les yeux qui se ferment, justement, les paupières lourdes, les bâillements irrépressibles, la nuit qu'il faut habiter de tout son long !
[02/02/12 22:25:25] atelier_Karoliina Vesa: Grâcieusement
Les fleurs
Fanent
[02/02/12 22:28:07] Olivier Bleys: Ce petit poème nous permet d'imaginer, dans leur chute délicate, silencieuse, les pétales détachés après que la fleur a fané. On sent aussi la tige qui se courbe, la fleur brunie qui rapetisse, se froisse.
[02/02/12 22:29:40] Olivier Bleys: Si on voulait l'améliorer, je pense que l'adverbe " gracieusement " (s'écrit sans accent circonflexe sur le " a ", à l'inverse de " grâce ", encore une bizarrerie du français !) pourrait être remplacé par un autre, ou par une tournure mieux appropriée.
[02/02/12 22:30:07] Olivier Bleys: " gracieusement ", par exemple, pourrait-il devenir " galamment, que propose le dictionnaire des synonymes ?
[02/02/12 22:32:02] Olivier Bleys: ou, si l'on renonce à tout adverbe (forcément un peu long, un peu lourd, pour remplir le vers)… " peu à peu "

Peu à peu
Les fleurs
Fanent

Assez délicat, je trouve.
On peut trouver mieux.
[02/02/12 22:32:31] Olivier Bleys: Jouons sur les " f ", par exemple ?

Fil à fil
Les fleurs
Fanent
[02/02/12 22:32:35] atelier_Karoliina Vesa: En effet, l'omission de l'adverbe le rend beaucoup plus délicat
[02/02/12 22:34:14] Olivier Bleys: Il y a quelque chose à trouver du côté de " peu à peu ", " plus ou moins " (jolie ambiguïté), " pas à pas ", etc.
Le français propose beaucoup de ces constructions, qui me paraissent acclimatables, ici, car elles marquent souvent l'écoulement du temps qui est le motif central de ce poème.
[02/02/12 22:34:48] Olivier Bleys: Belles et pâles
Les fleurs
Fanent
[02/02/12 22:35:20] Olivier Bleys: Je te laisse y réfléchir, Karoliina ! L'heure tourne, je vais devoir me retirer de notre petite conversation.
[02/02/12 22:36:08] Olivier Bleys: En tout cas, je reste persuadé qu'il y a une voie pour des " e-haïkus " quotidiens s'affichant sur les écrans des smartphones.
Une bouffée de poésie numérique dans ce monde d'illettrés ?
[02/02/12 22:36:25] atelier_Slakh: Oh oui, il faudrait une application !
[02/02/12 22:37:09] Olivier Bleys: J'y réfléchirai de mon côté. Si des idées vous viennent (avec la fraîcheur et l'audace qui, n'est-ce pas ? caractérisent la jeunesse), parlons-en !!!
Ce serait formidable si l'atelier débouchait sur une micro-entreprise littéraire non périssable !
[02/02/12 22:37:13] atelier_Karoliina Vesa: Ca serait superbe!
[02/02/12 22:37:24] Olivier Bleys: Allez, gardons cela dans un coin de nos têtes.
[02/02/12 22:37:37] Olivier Bleys: … et reparlons-en au fil de la toile, ou lors d'un prochain atelier !
[02/02/12 22:37:51] atelier_Jim Charron: avec plaisir
[02/02/12 22:38:29] atelier_Karoliina Vesa: Bonne nuit à tous, à la prochaine!
[02/02/12 22:38:38] atelier_Slakh: Bonne nuit !
[02/02/12 22:38:41] atelier_Jim Charron: bonne nuit à tous également, à bientôt
[02/02/12 22:39:38] Olivier Bleys: Oui, bonne nuit ! Séance très sympathique ! En ligne très prochainement…